≡ Menu
Centre de Connaissance

Contaminants des gaz d’échappement des avions

Mari Swaruu : Bonjour encore, merci d’être ici avec moi une fois de plus. J’espère que vous allez tous très bien. Je suis Mari Swaruu.


(Vidéo en français)

Une fois de plus, je ne peux pas parler avec des mots directs, mais je vais m’assurer que ce que je vais dire est compréhensible, au moins pour les personnes qui ont déjà un bon niveau de connaissance sur ce sujet.

Lorsque quelque chose est censuré et ridiculisé, c’est le plus souvent parce que c’est juste, et qu’il est dangereux pour le système et pour les contrôleurs de la Terre que les gens en sachent trop sur ce genre de sujets. Cependant, tout ce qui est dit sur ce sujet n’est pas toujours correct. Bien que toute information susceptible d’aider à réveiller et à informer le grand public soit la bienvenue, une grande partie de ce sujet est facilement discutable, ce qui conduit à tort la population générale des personnes à l’esprit matriciel à penser que tout le reste de ce sujet est également faux.

Comme c’est souvent le cas avec ce genre de sujets sensibles, la vérité dure finit par être beaucoup plus complexe que ce que la population générale peut gérer comme quelque chose de réel, car ce sujet, une fois de plus, ne s’arrête pas seulement au niveau humain ; il va beaucoup plus loin. Ce que je vais partager avec vous aujourd’hui est le résultat de ce que j’ai étudié sur ce sujet jusqu’à présent et des résultats et connaissances de l’équipe de Taygetan sur ce sujet.

Tout d’abord, examinons les faits simples, qui sont également nécessaires, mais restez jusqu’à la fin parce que ce que je vais dire ensuite peut induire en erreur sur la façon dont je vois et explique réellement ce phénomène.

Lorsqu’un objet solide tel qu’un avion traverse l’air avec vitesse et force et qu’il y a une certaine quantité d’eau en suspension dans l’atmosphère, celle-ci aura tendance à se condenser en particules d’eau aux endroits de l’avion où la pression de l’air est la plus élevée, par exemple aux endroits de sa structure où l’air est comprimé ou est forcé de passer à une vitesse plus élevée, comme les points de tourbillon à la base des ailes.

Ce type de condensation d’eau est généralement de très courte durée, parfois quelques secondes au maximum. On la voit généralement se former aux extrémités des ailes, à la base des ailes, à la dérive et, dans le cas des avions à grande vitesse, au niveau du nez, formant un cône devant l’avion, surtout lorsqu’il franchit le très réel mur du son. Dans ce cas, la condensation de l’eau prend la forme d’un cône parce qu’elle suit le contour des zones de pression les plus élevées dans l’air, qui sont causées par l’onde de choc de l’avion lorsqu’il traverse l’atmosphère.

Il existe ensuite une version beaucoup plus durable de la condensation visible de l’eau, qui est un effet secondaire du passage d’un avion dans l’air. À haute altitude, là où les avions commerciaux atteignent leur vitesse de croisière, l’air peut devenir très froid, parfois aux alentours de -40°C. Même à cette altitude élevée, souvent supérieure à 30 000 pieds et plus proche de 40 000 pieds ASL (altitude au-dessus du niveau de la mer), la quantité d’eau atmosphérique varie en fonction des conditions météorologiques et de l’endroit où l’on se trouve.

Lors du passage d’un grand avion, ses moteurs émettent des gaz d’échappement, principalement des hydrocarbures à différents stades d’oxydation, car la combustion du moteur n’est pas parfaite. Ces fumées sont expulsées par les tuyères d’échappement du moteur, ce qui est le résultat normal du fonctionnement d’un moteur à réaction à turbopropulseur.

L’eau atmosphérique se condense autour des molécules d’hydrocarbures naturellement émises par le moteur à réaction, créant de petits cristaux de glace qui forment les lignes de coton que l’on peut voir en permanence dans le ciel. La présence de très petits cristaux de glace solides en grande quantité peut provoquer une réaction en chaîne, qui entraîne la condensation d’autres eaux atmosphériques, formant un effet de couverture nuageuse plus important sur la zone traversée par l’avion.

Sans pouvoir donner un pourcentage exact, la grande majorité de ces lignes sont tout à fait bénignes et ne sont pas dangereuses pour la biologie puisqu’elles ne sont rien d’autre que de l’eau cristallisée. Cependant, elles ont tendance à rester longtemps dans le ciel, même si elles sont dispersées par les vents de haute altitude. Si un nombre suffisant d’avions passe dans une région et que les conditions atmosphériques sont appropriées, ils peuvent facilement finir par obscurcir le ciel, au grand dam de la population en bas qui profitait auparavant d’une matinée ensoleillée et claire. Et tout cela sans qu’il y ait eu le moindre complot.

Cet effet atmosphérique de condensation a été découvert pour la première fois à la fin de la Première Guerre mondiale, lorsque les avions ont commencé à atteindre des altitudes suffisamment élevées pour le provoquer. Il a même été utilisé dans les tactiques de combat aérien, en utilisant la condensation des moteurs d’avion comme couverture avant d’attaquer la machine ennemie qui la formait. La théorie répandue sur le web selon laquelle ces lignes de coton à haute altitude ne sont apparues que récemment est donc fausse.

Ceci étant dit, allons plus loin. Bien que cet effet soit un produit secondaire normal des moteurs d’avion à haute altitude, il est utilisé pour masquer et cacher des choses beaucoup plus sombres. Parce qu’il est très pratique pour cacher d’autres choses, comme lorsque la cabale disperse et asperge des produits chimiques en utilisant cet effet comme masque. Il est extrêmement pratique d’utiliser des avions commerciaux pour arroser une zone avec les produits chimiques souhaités, qu’ils traverseront comme indiqué dans leur plan de vol. Il est donc logique d’ajouter ces produits chimiques de toutes sortes au carburant de l’avion. À quelques exceptions près, comme dans le cas du graphène et du baryum, la plupart des produits chimiques et des agents biologiques qui doivent être pulvérisés pour des raisons obscures seraient facilement détruits par les températures et les pressions élevées à l’intérieur d’un moteur à réaction d’avion.

De nombreuses races extraterrestres prélèvent régulièrement des échantillons des traînées lumineuses de coton des avions. Et comme je l’ai dit plus haut, les résultats montrent qu’il ne s’agit de rien d’autre que d’hydrocarbures, d’additifs attendus, de cristaux d’eau et de quelque chose d’autre que je mentionnerai dans quelques secondes.

Or, il est également bien connu que de nombreux avions sont équipés d’arroseurs chimiques installés dans leurs ailes, et que certains avions commerciaux peuvent également en être équipés. Ces arroseurs sont utilisés pour pulvériser une très grande quantité de produits chimiques, ce qui signifie que la variété de ces produits en fonction de chaque zone peut être très importante. Ces produits chimiques sont principalement utilisés pour l’ensemencement des nuages, qui fait partie des programmes de modification et de contrôle du temps de la Cabale et de ses gouvernements.

Le contrôle de la météo n’est pas nouveau. Il remonte aux années 1930, avant la Seconde Guerre mondiale, tout comme l’ensemencement des nuages, qui n’est même pas un secret. Le problème aujourd’hui, c’est que la science a beaucoup progressé depuis cette époque, au point que le temps sur Terre est tellement contrôlé qu’il est difficile de distinguer s’il s’agit d’un phénomène naturel ou d’un phénomène artificiel.

Les produits chimiques en suspension dans l’atmosphère, qui sont considérés comme inoffensifs et font partie des composants nécessaires du carburant des avions, réagissent les uns avec les autres, créant et entretenant la condensation de l’eau et les cristaux de glace pour qu’ils flottent plus longtemps, ce qui modifie la température et donc la dynamique du vent dans une zone, contrôlant le flux et la formation des conditions météorologiques.

Les systèmes avancés de modification du temps, qui utilisent des faisceaux d’énergie et des micro-ondes, ont besoin d’un certain pourcentage d’éléments réactifs à l’énergie, principalement du graphène, de l’aluminium et d’autres métaux lourds dans l’atmosphère pour réagir, et ces éléments sont détectés comme étant ajoutés aux composants du carburant des moteurs à réaction des avions commerciaux. Comme je l’ai dit plus haut, le carburant des avions ne contient pas tous ces éléments. Un avion est alimenté avec l’un ou l’autre composant en fonction de son plan de vol et de l’effet souhaité par les contrôleurs.

Cependant, et comme je l’ai dit plus haut, il s’agit d’une très petite échelle où la grande majorité des avions qui passent au-dessus ne répandent rien sur la population humaine, si ce n’est les contaminants logiques de tout carburant qui brûle.

La cabale et les puissances qui la soutiennent utilisent des avions spécialisés pour effectuer la plupart des aspersions, notamment des avions militaires, la plupart du temps des gros appareils équipés de buses de pulvérisation d’air. Ce sont ces avions qui pulvérisent également des composants biologiques sur les zones et les populations situées en dessous, si vous voyez ce que je veux dire, car je ne peux pas le dire directement. Oui, il est possible d’ajouter et d’asperger des maladies et des substances qui ont des effets néfastes sur la santé, mais il faut des engins volants spécialisés pour les disperser, car ils ne peuvent pas être ajoutés au carburant des avions commerciaux, car ils seraient détruits par la chaleur de leurs moteurs.

Les brins de graphène, qui peuvent être simples ou issus de la nanotechnologie, sont un autre composant répandu à grande échelle. Même les plus simples finissent par tomber sur toute la biologie, les plantes et les animaux, ainsi que sur les personnes, et comme ils sont si petits, ils se mêlent et s’entremêlent à leur structure cellulaire, les rendant plus réactifs aux ondes électromagnétiques que les contrôleurs émettent à l’aide de plusieurs mécanismes tels que les tours de télécommunication. Tout cela pour contrôler les réactions et même les schémas de pensée de la population faible d’esprit, y compris les animaux et les plantes.

Cela favorise l’intégration de l’intelligence artificielle et la tentative de lier la biologie cellulaire à celle-ci afin que les ordinateurs puissent contrôler les personnes, les animaux et même la croissance des plantes et leurs réactions à tout ce qui est programmé, car ce trou de lapin va bien plus loin que le seul contrôle du niveau humain de la population. Je ne parle pas seulement du transhumanisme, mais aussi de la transbiologie, qui fera l’objet d’une autre vidéo.

Ces molécules de graphène ont tendance à adhérer les unes aux autres lorsqu’elles sont en quantité suffisante, ce qui provoque des structures en forme de toile d’araignée, facilement visibles par la population dans les régions touchées, comme l’Espagne, par exemple.

Pour aller encore plus loin, ce n’est pas seulement la Cabale qui fait tout ce saupoudrage. En fait, ils ne font qu’obéir à des ordres supérieurs. La Terre est un royaume matriciel hautement contrôlé, créé pour donner aux âmes incarnées l’expérience émotionnelle forte qu’elles souhaitent. Par conséquent, des facteurs importants tels que la météo sont contrôlés depuis l’extérieur de la planète par la Fédération galactique, et ce n’est pas une surprise.

Les conditions météorologiques sur Terre, y compris les ouragans et autres effets extrêmes, ne sont guère naturelles, non seulement de nos jours, mais elles ont toujours été fortement contrôlées par des non-humains, par les véritables seigneurs de la Terre, par les dieux tels que les considéraient les anciens, qui ne sont d’ailleurs que d’autres personnes.

Simplement, la partie de ce phénomène qui concerne le contrôle de la météo nécessite un arrosage synchronisé à l’échelle mondiale des composants et des produits chimiques nécessaires pour que le contrôle de la météo fonctionne. Et avec une coordination aussi précise et un positionnement aussi exact à plusieurs altitudes et strates de l’atmosphère, il serait impossible d’y parvenir uniquement à l’aide d’avions commerciaux ou même d’engins militaires spécialisés. Il faut autre chose, d’autres machines bien plus efficaces et performantes que les meilleurs avions militaires existants.

Je dois maintenant m’adresser à mes auditeurs qui ont tendance à écouter mes vidéos en podcast, la plupart du temps sans regarder leurs écrans. Je vous invite à regarder les images exclusives que je vous montre maintenant, capturées et fournies par un membre de l’équipe de Taygetan. Une image parle de mille mots.

La seule façon pour les véritables contrôleurs de la Terre de couvrir efficacement une zone entière afin de modifier la météo ou de saupoudrer suffisamment d’éléments est d’utiliser des avions beaucoup plus avancés, qu’il vaudrait mieux appeler des vaisseaux spatiaux, qui sont inconnus du public. Leur efficacité peut expliquer pourquoi, tout à coup, le ciel peut se retrouver couvert d’un damier de nuages qu’aucune trajectoire de vol d’un avion commercial ne peut expliquer. Ces engins spatiaux perfectionnés, qui sont des vaisseaux spatiaux, aspergent la population humaine de produits chimiques depuis des dizaines d’années, et même depuis des temps plus anciens, car ils sont utilisés pour contrôler et modifier les schémas et les phénomènes météorologiques afin de créer les effets souhaités sur les zones situées en dessous, et avec cela, modifier l’expérience de vie des âmes incarnées dans des corps humains. Cela leur donne le drame et l’expérience qu’elles recherchaient en tant qu’âmes avant de s’incarner, mais avec beaucoup de souffrance et de désespoir de la part de leurs avatars humains incarnés.

La plupart des traînées à grande échelle ressemblant à du coton proviennent de non-humains et sont liées aux agendas de la Fédération Galactique et à leurs plans pour la Terre et sa population. Tous les produits chimiques, traînées ou contrails ne proviennent pas d’avions, et vos avions de ligne ne sont généralement pas en cause, sachez-le. Les OVNIs sont responsables de la plus grande partie de l’arrosage à l’échelle mondiale, mais ils sont difficiles à voir car ils opèrent à des altitudes élevées où la plupart des gens ne peuvent tout simplement pas les détecter. Pour ce faire, ils évitent les avions commerciaux ou les utilisent comme couverture dans la mesure du possible. Ils sont difficiles à détecter car ils sont très furtifs, mais nous le pouvons, mon groupe et moi. Et ce sont surtout des non-humains qui sont aux commandes et dans les cockpits, tous issus de races obéissantes à la Fédération galactique que je préfère ne pas nommer, mais vous pouvez imaginer qui.

Et ce qu’ils pulvérisent et quand est si variable qu’il est presque impossible de le savoir, car l’aspersion de cette manière n’est qu’un moyen de délivrer des substances qui changent en fonction de chaque agenda et de chaque effet qu’ils veulent provoquer ou créer. La réalité s’avère bien plus compliquée que ce qu’imaginent et disent les théoriciens de la conspiration.

Profitez de votre avion, il n’est en grande partie pas à blâmer, et toute l’industrie est fortement attaquée par la cabale, qui veut supprimer les privilèges de voyage pour la population en général. Ils ne veulent pas que les gens voyagent, et encore moins sur de longues distances ; ils vous veulent tous à l’intérieur de petits espaces tels que les quartiers des villes. Accuser les avions commerciaux d’être responsables des changements globaux fait également partie des stratégies qu’ils utilisent pour limiter vos droits, comme ils le font toujours en accusant la population humaine de tous les maux. Sortez et voyagez sans culpabilité. Profitez de votre vie et de vos vols.

Merci d’avoir regardé ma vidéo. Merci d’avoir aimé et de vous être abonné, cela m’aide beaucoup, et j’espère vous voir ici la prochaine fois. Portez-vous bien et prenez soin de vous.

Avec beaucoup d’amour.

Ton amie,

Mari Swaruu

Source : Aircraft exhaust contaminants (English)